Rédaction de contenu


Entrevue, portrait, dossier spécial, communiqué de presse, rapport annuel, etc. J’accompagne aussi les auteurs dans le développement de leur projet littéraire en tant qu’éditrice.

Éditions Château d’encre | octobre 2021

Le superpouvoir de la marche 284 pages | Traduction vers le français de l’ouvrage de vulgarisation scientifique In Praise of Walking du neuroscientifique Shane O’Mara

Magazine Dimensions ÉTS | automne 2021

Julie Nguyen/Dans les pas d’une fille décidée

«On ne pourrait jamais deviner que la Julie confiante, diserte et rieuse, en cache une autre plus timide, plus tranquille, voire introvertie. Mis à part son prénom tout à fait québécois, cette aînée d’une famille de trois enfants est un bel exemple d’intégration, puisque ses parents, originaires du Vietnam, ont émigré pour fuir la guerre et le régime communiste en contrôle du pays depuis les années 1970. Son père a, notamment, fait partie de la cohorte des boat people. Autrement dit, ils ont tout recommencé à zéro, appris la langue, trimé dur pour conquérir leur place sous le soleil du Québec.»

Hussein Suprême/Quand donner du temps prend tout son sens

«Réfléchi de nature, Hussein Suprême demeure plutôt modeste au regard de son parcours. C’est un introverti « social » avec un franc-parler à contre-courant qui pourrait surprendre. Avec le temps, il a su aiguiser son sens politique et polir cet angle qu’on retrouve chez lui en le rendant plus productif vis-à-vis des codes du savoir-vivre québécois. Puisant dans l’aspect analytique de son tempérament, il est de ceux qui prêtent une écoute attentive à ses interlocuteurs. En contrepartie, il est aussi un gars de terrain, un gars d’équipe, un pragmatique qui fait avancer les dossiers inéluctablement, car il aime avant tout obtenir des résultats concrets.»

Magazine Liaison | printemps 2021

Luc Ménard un directeur qui carbure à l’action

«À ses débuts, du haut de ses 26 ans, comment a fait le « petit nouveau » pour conquérir l’équipe héritée de Sept-Îles? Ce curieux de nature y est allé progres- sivement, en posant des questions, en étudiant les processus, les procédés,
en passant du temps à l’usine, sur la paveuse ou le rouleau-compacteur, mais surtout en étant attentif et à l’écoute de ce que les gens derrière
les machines avaient à dire. «Avant d’entrer dans cette entreprise, je savais que j’avais tout à apprendre. Alors, j’ai mis mes bottes et mon casque de travail et j’ai fait ma place parmi eux en toute simplicité», ajoute-t-il».

Club Med avec vue sur Fleuve

«Le Massif, comme le reste de la région de Charlevoix, est situé au cœur du Bouclier canadien, un paysage tout en relief constitué de sommets, de vallées profondes et de routes en serpentin. Club Med Québec Charlevoix, qui sera locataire du complexe, a requis de la part de Béton Provincial des performances techniques, économiques et environnementales pour la réalisation du projet. En effet, ce complexe devait être en harmonie avec l’exceptionnel lieu naturel qu’est le Massif, mais également avec les attentes des populations environnantes et des visiteurs qui sont de plus en plus soucieux de l’environnement et de leur empreinte écologique ainsi que de l’optimisation de l’utilisation des ressources et de l’énergie. Des valeurs partagées par Béton Provincial et le Groupe du Massif Charlevoix.»

Projet XnQuébec | Carnet de van numérique en collaboration avec Spoken Adventures | hiver 2020

Revue Vision | octobre 2019

Jonathan Brière, un gestionnaire humain et engagé

«Au travail, il est confiant, à l’aise avec les gens et navigue de côté, de haut en bas, et l’inverse, assez naturellement dans la mer hiérarchisée du réseau de la santé. C’est un artisan calme, optimiste, posé, organisé et bien ancré dans le concret. Tous savent que sa porte est ouverte, qu’il encourage le dialogue et l’horizontalité. À l’écoute, il observe, prend du recul et réfléchit avant de décider. Toutefois, il ne faut pas s’y tromper, ce temps d’arrêt, c’est juste ce qu’il lui faut pour générer une impulsion et plonger, afin de faire avancer les dossiers, de trouver des solutions, de diriger, en somme. Il n’a pas peur de retrousser ses manches, de s’attaquer aux problèmes, d’établir des objectifs précis assortis d’attentes claires. Son cheminement professionnel l’a aussi amené à comprendre que la structure doit venir appuyer les changements, et non l’inverse. En bon québécois, il est ce qu’on appelle un doer